Une rencontre avec le chef d’Equipe: Robert Ridland

23 March 2018 - EEM World

L’équipe #RidersEurope a gagné par 3 points à Paris. Si vous pouviez remonter le temps, y a-t-il quelque chose que vous auriez aimé faire différemment?
J'aurais vérifié le bridon de Devin (Ryan) avant qu'il ne soit dans la piste! Nous y étions tout le temps. Si nous avions gagné un tour de plus, nous aurions gagné. Celui qui a gagné le dernier round a gagné le tout, donc nous étions un peu en retard sur la huitième balle avec notre premier cavalier dans la piste ayant ce mauvais fonctionnement. Mais c'est évidemment une situation unique. Cela aurait probablement changé toute la compétition. Ensuite, nous venions de derrière tout le temps (après avoir perdu le premier tour). Nous avons réussi à rester là, et il s'est avéré être très compétitif. Pour le second tour de Devin, il a emprunté du matériel; Laura (Kraut) lui a prêté un bridon. Il n'a pas eu le temps de l'essayer. Il a juste dû l'utiliser dans l'échauffement et espérer que ça a marché. Puis il a eu le meilleur tour de la soirée. C'était un grand retour. Cette pression qu'il subissait après ce qui s'était passé au premier tour, c'était assez remarquable.

En revenant sur Paris, si vous deviez choisir un moment décisif, que serait-il?
Je pense que ce serait la même chose que # 1!

Pour NY: Avez-vous une stratégie différente de celle que vous aviez à Paris?
Notre stratégie était bonne et ça a bien marché. Je pense que cela restera le même.

Vous avez beaucoup plus d'options à New York, comment allez-vous choisir l'équipe finale?
L’équipe sera composée des cavaliers avec les meilleurs résultats en ce moment. Les résultats récents - surtout ceux de la fin du circuit de Floride auront une grande influence.

Pensez-vous qu'il sera plus difficile pour Philippe Guerdat de gagner une deuxième fois?
Bien sûr! Cela ne veut pas dire qu'il ne gagnera pas. Son équipe pourrait certainement gagner. Nous étions désavantagés sur son propre terrain. Nous devrions avoir l'avantage cette fois-ci. Nous étions quand même très compétitifs à Paris.

Avec l'expérience de Paris à l'esprit, quelles connaissances apporterez-vous à New York pour remporter la première victoire américaine de la Riders Masters Cup?
C'était un tout nouveau concept pour nous deux en tant qu'entraîneurs. Je pense que ça s'est passé comme nous l'avions prévu tous les deux. Je crois que Philippe dirait la même chose; nous ne changerons pas beaucoup de façon stratégique maintenant que nous en avons subi un.